Catégories
A la une Mauritanie

Samba THIAM dénonce un projet de spoliation des associations Peulh, Soninké et Wolof

Samba THIAM , leader des Forces Progressistes pour le Changement (FPC-une organisation de la mouvance nationaliste noire) dénonce « des manœuvres politiques visant à spolier les associations culturelles Peulh, Soninké et Wolof, d’un terrain destiné à abriter l’Institut des Langues Nationales (ILN) » dans une déclaration publiée au cours des derniers jours. Citant un ex directeur de l’institution «qui s’est rendu sur place », M. THIAM signale des indices « prouvant que le terrain est entrain d’être affecté en partie à un ministère, en vue d’abriter le futur siège de la représentation de l’Union Africaine (UA) à Nouakchott ». Donnant son avis par rapport à cette perspective, Samba THIAM poursuit: «que faut-il en penser, sinon que les tenants du système n’ont pas renoncé à leur objectif ». Cela dans un contexte politique marqué «par des revendications émanant des forces patriotiques de tous bords, réclamant le retour des langues nationales dans le système éducatif, on se dépêche pour noyer la revendication en douce, en prenant une nouvelle mesure chauvine». Le leader des Forces Progressistes pour le Changement regrette le fait que même en ces temps de grave pandémie du coronavirus (COVID-19), qui requièrent l’union sacrée autour de l’essentiel, « les tenants du système ne renoncent pas à leur projet chauvin et machiavélique ». Considérant que « l’unité nationale doit avoir pour socle le respect de la diversité, la reconnaissance de l’autre dans son identité et son altérité », Samba appelle «à la mobilisation et à la vigilance » pour faire échec au projet dénoncé.     Source Le Calame via odh-mauritanie.com

Catégories
A la une

Réaction du Président Samba Thiam au Front pour la défense des Arabes

Lorsque j’ai lu le message, mercredi soir, m’apprenant que le ‘’Front pour la défense des Arabes’’ organisait une manifestation contre Biram et moi-même, j’en ai été d’abord très surpris, avant de sourire… saisissant immédiatement la manœuvre et quels en étaient les commanditaires …Le courage et l’intégrité morale ne sont pas les valeurs les plus largement partagées par notre classe politique et intellectuelle …
Bien entendu il existe-heureusement-des exceptions, quelques rares perles, l’avant-garde qui déroge à ce constat .. Cela aussi je le comprends car, comme le disait un célèbre résistant, ‘’ la tendance chez l’homme n’est pas de résister mais de céder, d’aller avec le courant ‘’. Seulement je ne céderai pas à l’intimidation, je ne « me coucherai pas et je ne me tairai pas ’’ comme dirait Jaures ; pour la bonne et simple raison que je crois, sincèrement, œuvrer dans et pour l’intérêt et le bien supérieur du pays; il est temps que ce pays se modernise, se dote d’un Etat, et plus …d’un Etat de droit qui ‘’ accepte sa diversité, cultive la solidarité, partage ses richesses’’. Ce sera cette voie–là ou le chaos…

Cela dit j’ai apprécié, que dans une attitude de rupture, ce régime nouveau autorise cette manifestation qui est un droit garanti par la constitution…Ouverture qu’il faut étendre à toutes les libertés fondamentales …

Samba Thiam

Nouakchott le 12 /03/2020.

Catégories
A la une

Politique de deux poids, deux mesures ?

Certains journalistes ont mis à profit le dîner que leur a offert le président de la République pour exposer les cas de deux de leurs confrères, victimes de licenciement abusif de la part l’agence mauritanienne d’information (AMI), sous le magistère d’Ould Abdel Aziz. Et A en croire les compte-rendus des organes de presse, le président de la République a promis, voire même ordonné le règlement rapide de la situation de ces journalistes. Cette décision intervient après le rétablissement dans ses droits d’Abdallahi Ould Mohamed Haimer, renvoyé pour avoir dénoncé le peu de cas fait par l’ancien PM, Ould Hademine des passagers bloqués sur la route de l’espoir à cause d’un camion accidenté. Elle intervient également après la levée de toutes les  mesures judiciaires  ayant frappé les hommes d’affaires Ould Bouamatou, Ould Chaavi et Ould Debagh, contraints à l’exil pour leur opinion.

Si on peut se féliciter et  féliciter le président de la République de ses gestes  ayant rétabli  des victimes d’injustices dans leur droit, on ne peut pas ne pas rappeler qu’ils ne sont pas seuls à avoir souffert  de l’arbitraire du régime d’Ould Abdel Aziz.

Outre Aminata Bâ, employée de la CDD et  renvoyée pour avoir refusé de céder ses parts au niveau du célèbre portail cridem.org, et indirectement pour la proximité de son père, Bâ Houdou Abdoul  d’avec l’homme d’affaires Ould Bouamatou, opposant farouche au  régime d’Ould Abdel Aziz, d’autres mauritaniens continuent à courir derrière plusieurs droits spoliés. On peut citer le cas des fonctionnaires et agents, victimes des événements de 1989, des citoyens dont les terres cultivables, des maisons et terrains ont été confisqués à cette époques, des veuves  et  rescapés militaires qui courent derrière  la normalisation des maigres pensions que Ould Abdel Aziz a bien voulu leur octroyer, les artistes Oulad Leblad,  des hommes et des femmes victimes d’exploitation, sous toutes ses formes, des hommes d’affaires mauritaniens dont les activités ont pâti à cause de leur positionnement politique par rapport au régime d’Ould Abdel Aziz…Le président des FPC, Samba Thiam, inspecteur de l’enseignement de son état, continue à courir derrière sa pension depuis qu’il est rentré d’exil en 2013, alors que tous ses compagnons d’infortunes ont profité de leur droit à la retraite.

Tout ce monde là ne doit pas être oublié par la presse, les partis politiques et les défenseurs des droits de l’homme, ils doivent tous profiter de toutes les occasions pour plaider la cause de ces victimes d’injustice, faute de quoi, ils contribueront à la politique de deux poids, deux mesures. Ould Ghazwani s’est engagé, le 1er mars 2019, lors de son discours d’investiture, à rétablir toutes les victimes d’justices dans leurs droits. Un gros challenge pour le successeur d’Ould Abdel Aziz qui ne manque certainement pas de noter la multiplication des sit-in de revendication devant son palais.

lecalame.info

Catégories
Mauritanie

Mise au point du président Samba Thiam des FPC.

J’ai lu un article de Mr kane paru sur Cridem le 10 janv 2020 intitulé « Quand l’opposition anti-système défie le régime de Ghazouani’’ Article élogieux par endroits mais qui appelle certaines mises au point, pour cause de malentendu, sur certains autres : Il est écrit « Les leaders de l’Ajd/mr et des Fpc ont toujours mis en cause le maintien et le renforcement de la langue arabe à l’origine du mal de la cohabitation ’’. ‘’La faiblesse de leurs leaders réside dans le fait qu’ils sont isolés après leur sortie d’une coalition presidentielle qui a fait ses preuves’’.

Je n’ai jamais remis en cause le maintien de la langue arabe …ce que je dénonce , à nos jours, c’est l’instrumentalisation de cette langue à des fins de domination et d’assimilation des uns par les autres, pensées et conçues par des politiques. Renforcer l’arabe oui , mais pas en l’éclatant en matières multiples affectées de coefficient élevés , injustifiés, pour juste faire échouer les écoliers négro-africains
à l’école et dans les concours…!
Enseigner l’arabe oui, mais le faire sans cette volonté de pénaliser les non arabes , sans calcul partisan, mais enseigner aussi les langues nationales sooninke wolof et pulaar dans un souci d’équité et de justice ! _ Nous ne sommes pas isolés , par notre démarcation de la CVE dévoyée pour des agendas cachés que nous réfusons de cautionner… Ce n’est pas nous qui sommes sortis de cette CVE , mais les autres qui en ont trahi l’esprit et la lettre d’origine…Nous ne nous sentons donc nullement isolés , et nous nous sentons comme gardiens de la légitime CVE

Source : Kaaw Elimane Bilbassi Touré (Facebook)