Thambwe Mwamba : « Il n’y a pas eu détournement de ma part.

thambwe mwamba alexis president senat 20 0 jpg 640 350 458745
thambwe mwamba alexis president senat 20 0 jpg 640 350 458745

Thambwe Mwamba : « Il n’y a pas eu détournement de ma part. Le fonds était sorti très tard de la Banque, j’ai les pièces justificatives ».

Le président du Sénat Alexis Thambwe Mwamba a, à l’issue de la séance plénière de ce mardi 2 février 2021, réagi au réquisitoire du procureur général près la Cour de Cassation, qui demande au Bureau d’autoriser l’instruction contre lui sur le détournement des deniers publics.

À en croire A. Thambwe, il n’y a pas eu détournement de sa part. Le successeur de Léon Kengo Wa Dondo à la tête de la chambre haute du Parlement affirme même disposer des pièces justificatives et que tout a été consigné.

« J’ai commencé par donner des explications aux sénateurs sur le courrier qui circule dans les réseaux sociaux dans lequel on prétend que j’ai pris 2 millions de dollars. Je leur ai expliqué que le fond a été consigné parce qu’il était sorti très tard de la Banque et le lendemain il a été ramené ici, j’ai les pièces justificatives que j’ai fait circuler (…) Il n’y a pas eu de détournement de ma part », a déclaré Thambwe Mwamba.

Pour rappel, d’après le procureur général, le 6 janvier dernier le président du Sénat a tiré pour le compte de la chambre haute 3 chèques d’un import respectif de 2.000.000 d’euros, 1.000.000 de dollars américains et 1.000.000 de francs Congolais.

« Le trésorier du Sénat, ayant retiré ces sommes à la Banque Commerciale du Congo, remit les 2.000.000 d’euros et 1.000.000 de dollars américains au conseiller financier du questeur du Sénat. Ledit conseiller partit les remettre au président du Sénat, Alexis Thambwe Mwamba à sa résidence. D’où, l’ouverture du présent dossier », fait savoir le procureur général dans son réquisitoire adressé aux membres du bureau de la chambre haute du parlement.

En outre, le procureur général souligne que dans leur rapport avec le droit, les faits tels que « brièvement » exposés sont susceptibles de constituer l’infraction de détournement des deniers publics, prévue et punie par l’article 145 du code pénal livre II tel que modifié à ce jour.

Jephté Kitsita

7 sur7 cd