Treize migrants demandent l’asile pour tenter de fuir l’esclavage en Mauritanie

69854785 789654854
69854785 789654854

Le juge envoie en prison les quatre migrants qui ont pris la barre du cayuco arrivés le 8 avril

Les treize occupants du cayuco qui a été escorté jusqu’au port de Los Cristianos, au sud de Tenerife, ont demandé l’asile en Espagne le 8 avril car ils fuient la situation d’esclavage à laquelle ils sont encore soumis aujourd’hui parce qu’ils appartiennent aux Hartani. Ethnie ou haratin, comme les Mauritaniens noirs, de la part des biwani ou bidan, les Mauritaniens blancs, descendants des Arabes et des Berbères.

Ceci a été débattu devant le chef de la cour d’instruction numéro 3 d’Arona samedi dernier, où ils ont nié que leur voyage aux îles Canaries ait été organisé par une mafia pour profiter de leur argent. Dans les différentes déclarations recueillies au tribunal, ils ont précisé qu’en tant que connaissances et amis de la même ville, ils se sont un jour rencontrés et ont accepté de prendre un canoë pour rejoindre l’Europe. Et, pour atteindre cet objectif, chacun a cotisé de l’argent pour  un fonds commun, grâce auquel ils ont pu acheter la pirogue, le moteur, le carburant, la nourriture, les gilets de sauvetage ou les couvertures, entre autres.

 Le chef réputé de l’expédition s’appelle Mohamed Fall et il était en charge de collecter les différentes sommes pour payer les éléments nécessaires au voyage risqué. Plusieurs témoins dans la procédure soulignent que l’objectif de Fall n’a jamais été de s’enrichir du projet, mais de coordonner les ressources, ainsi que de diriger le bateau et de gérer les approvisionnements, avec trois autres collaborateurs. A la demande du procureur, le magistrat a décrété l’entrée en prison provisoire des quatre jeunes.

Travaillez sans frais.

Dans sa déclaration finale, Mohamed Fall a déclaré à l’interprète: « Nous, originaires de Mauritanie, mais noirs, sommes toujours les esclaves des Mauritaniens blancs ». Il a précisé que «nous ne venons pas pour commettre des crimes ou pour favoriser l’immigration; Nous sommes un groupe d’amis, qui vit ensemble, qui souffre parce que les Mauritaniens blancs nous font travailler sans nous payer ». Selon Fall, 31 ans, «nous sommes venus pour étudier et travailler, pour avoir quelque chose de plus que ce que nous avions». Devant le juge, le procureur et l’avocat de la défense, il a commenté: «Tout ce que nous voulions depuis l’enfance, nous n’avons pas réussi, c’est-à-dire étudier», car «les Biwani ne nous le permettent pas. A son avis, le reste des compagnons de voyage l’ont choisi comme chef parce que «je suis le plus responsable, puisque j’ai une famille, une femme et des enfants», qu’il dit ne pas être capable de nourrir. Pour survivre, en Mauritanie, ils se sont lancés dans la pêche. Ils obtiennent leur condition d’esclaves par la voie de la mère; En d’autres termes, quel que soit leur père, l’esclavage est hérité de leur mère, comme ce fut le cas en Espagne et aux îles Canaries jusqu’à ce que ce qu’il soit aboli au XIXe siècle.

Selon les informations publiées dans Atalayar, il y a trois ans, la Walk Free Foundation, en collaboration avec l’Organisation internationale du travail (OIT) et l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), estimaient à 90 000 le nombre de personnes vivant en esclavage en Mauritanie. Ce chiffre est une estimation, car le chiffre réel ou approximatif est inconnu, entre autres parce que le Gouvernement ne collecte pas de données dans ce domaine, malgré les recommandations des Nations Unies.

Survie.

La Mauritanie a été le dernier pays au monde à interdire l’esclavage il y a quatre décennies. Mais ce n’est qu’en 2007 que le gouvernement a décidé de le sanctionner et en 2012, il a été inscrit dans la Constitution en tant que crime contre l’humanité. Il y a six ans, une loi a été adoptée qui inclut les crimes établis au niveau international contre de telles pratiques. Cependant, malgré ces mesures, son éradication complète n’a pas été réalisée. Et il n’est pas facile de mettre fin à un régime maintenu depuis des siècles par la minorité arabo-berbère blanche (biwani) envers les hartani. Ces derniers effectuent souvent des travaux domestiques non rémunérés et, parfois, des tâches méprisées par les Mauritaniens blancs. Les descendants d’esclaves représentent actuellement entre 40 et 50 pour cent de la population mauritanienne, selon certaines informations.

Jusqu’à 3.000 euros.

Mohamed Fall, Mohamed Salah, Tar Beyid et Sidy Mohamed, ainsi que leurs neuf collègues, ont apporté des contributions financières pour réaliser le rêve européen. Sur la base de leurs témoignages, certains ont mis 130 000 ouguiyas (monnaie mauritanienne), soit environ 3 000 euros, tandis que d’autres ont donné 100 000 (2 300 euros), soit 40 000 (environ 1 000); chacun a collaboré avec ce qu’il pouvait. Ainsi ils ont réussi à acquérir le cayuco, le moteur, le carburant, les gilets de sauvetage ou le localisateur satellite (GPS). Ils ont également acheté suffisamment de nourriture et de boissons pour supporter le long voyage, comme du riz, des macaronis ou des spaghettis. Mais les personnes consultées ont nié devant le tribunal que Mohamed Fall ait pris un pourcentage de tout cet argent en tant qu’organisateur. Son départ de la capitale mauritanienne, Nouakchott, a eu lieu le 1er avril. Son navire mesurait 14 mètres de long et 2 mètres de large. Pour eux, c’était un «gros» bateau, ce qui leur assurait la sécurité. L’état de la mer, le vent et la météo leur ont permis de naviguer sans complications après plus de sept jours. Ils n’avaient ni faim ni soif. Ils ont apporté des couvertures pour le froid et un auvent pour les jours de soleil. Selon les déclarations de plusieurs des migrants qui se trouvaient dans le cayuco, ceux qui étaient à la barre étaient Mohamed Fall, Tar Beyid, Salah et Sidy Mohamed. Les deux derniers étaient principalement chargés de préparer et de distribuer la nourriture pendant le voyage. D’autres témoins ont précisé qu’ils avaient tous collaboré à un moment donné à l’exécution de ces tâches. Certains avaient peur d’être dans ces conditions en haute mer; d’autres n’étaient pas intimidés par le manque d’eau ou de nourriture, mais par les grandes vagues qui pouvaient être rencontrées. Mais il n’y avait pas de houle. Tout au long de la semaine que dura le voyage, aucune menace n’a été faite par les responsables présumés de l’expédition au reste des jeunes. Après 14 heures le 8 avril, son navire a été intercepté par l’équipage du Salvamar Alborán et escorté jusqu’au port de Los Cristianos.

Protection internationale.

Le magistrat du tribunal d’instruction numéro 3 d’Arona a nié l’internement de ces 13 Mauritaniens au Centre d’internement des étrangers et a confirmé leur libération pour infraction administrative d’entrée illégale dans le pays. Il a pris en compte la demande de protection internationale formulée par tous, dans la mesure où ils prétendent fuir l’esclavage, pour laquelle il a déterminé que désormais le Bureau de l’asile et des réfugiés doit être informé de cette condition, afin qu’il puisse traiter la demande officielle pour l’asile exprimé au tribunal. Tous ont reconnu qu’il leur manquait des membres de leur famille en Europe ou en Espagne.

Cependant, le même jour, il a émis une ordonnance de prison pour Mohamed Fall, 31 ans; Tar Beyid, 22 ans; Sidy Mohamed, 28 ans, ainsi que Mohamed Salah, 34 ans. L’autorité judiciaire considère que l’envoi des quatre en prison est justifié par un risque de fuite et la possibilité de récidive pénale. Il affirme qu’il existe «plus que des indices notoires de la commission d’un crime contre les droits des citoyens étrangers, qui peut entraîner des peines allant jusqu’à huit ans de prison». Et cet argument l’emporte sur le manque de racines familiales, professionnelles ou familiales des personnes enquêtées.

Vit en danger.

Selon les agents de l’Unité contre les réseaux d’immigration et de contrefaçon (Ucrif) de la police nationale, les quatre accusés connaissaient les dimensions limitées du navire (14 mètres de long et deux de large). En outre, les responsables rappellent dans leur rapport qu’ils ne portaient pas de supports nautiques, de déflecteurs de radar et de feux de position, ce qui pourrait mettre gravement en danger la vie et l’intégrité physique de tous. Pour le ministère public et le juge, un facteur à prendre en compte pour les priver de liberté, au moins temporairement, est que pendant le voyage ils ne prendront pas de bateau auxiliaire dans lequel se sauver si un problème survient avec le cayuco.

Pedro Fumero

Santa Cruz de Tenerife

Eldias.es traduit par Rapide info

Share and Enjoy !

0Shares
0