Une démarche conforme à la légalité internationale

52119485 39833102
52119485 39833102

Néjib Ouerghi, chroniqueur politique tunisien

La décision historique des EtatsUnis de reconnaître la marocanité pleine et entière du Maroc sur son Sahara, annoncée jeudi soir lors de l’entretien téléphonique de SM le Roi Mohammed VI avec le président américain, Donald Trump, est une « démarche juste » et « conforme à la légalité internationale », a souligné le chroniqueur politique tunisien, Néjib Ouerghi.

Cette reconnaissance « vient opportunément renforcer la position du Maroc, basée sur la légalité internationale », a déclaré à la MAP cet ancien PDG de l’agence de presse tunisienne « TAP » dans un entretien à la MAP.

« Il s’agit d’une position historique du président de la plus grande puissance mondiale en reconnaissance à la sagesse de la démarche initiée par sa Majesté le Roi Mohammed VI, ainsi qu’à son réalisme et son pragmatisme », a-t-il souligné. Selon lui, cette position permet surtout de conforter la dynamique de la marocanité du Sahara qui a bénéficié d’un large soutien international ayant trouvé sa traduction dans l’ouverture de nombreux consulats dans les provinces du Sud du Royaume. Dans ce sens, il a noté que la signature officielle par Donald Trump d’un décret présidentiel, avec ce que cet acte comporte comme force juridique et politique indéniable et à effet immédiat, portant sur la décision des Etats-Unis de reconnaître, pour la première fois de leur histoire, la pleine souveraineté du Royaume sur l’ensemble de la région du Sahara marocain, vient soutenir la pertinence de la démarche adoptée par le Royaume, en la considérant comme la seule à même de permettre une solution juste et durable à cette question. Il a indiqué que la journée du 10 décembre 2020 est à marquer d’une pierre blanche pour le Maroc dans la mesure où elle « constitue manifestement un grand moment de l’histoire » et « une avancée majeure dans le processus de consécration de la marocanité du Sahara ».

D’après Néjib Ouerghi, la position américaine « sans ambages » et qui « ne souffre d’aucune ambiguïté », vient de conforter les choix du Maroc dans la solution de ce problème, qui n’a que trop duré, et que certaines parties ont, tout le temps, exploité pour saboter sa résolution.

Il a estimé que cette position, dont « le timing revêt surtout une importance cruciale », consacre les droits légitimes du Royaume sur ses territoires. Et d’ajouter que l’engagement américain vient couronner le soutien d’une grande partie de la communauté internationale aux côtés du Maroc et l’appui inconditionnel qu’il a trouvé, notamment depuis l’intervention décisive des Forces Armées Royales, dans la zone d’El Guerguarat, afin de maintenir la sécurité et la stabilité dans cette partie du territoire marocain. Outre l’échange de bons procédés que révèle le tweet rédigé par le président américain qui a déclaré que « le Maroc a reconnu les Etats-Unis en 1777, il convient donc de reconnaître sa souveraineté sur le Sahara », cette position a balisé la voie à l’action concrète, a-t-il expliqué.

La décision d’ouverture par les EtatsUnis d’Amérique d’un consulat à Dakhla, à vocation économique essentiellement, constitue également un signal qui ne trompe pas, a précisé ce spécialiste dans les questions maghrébines et le dialogue euro-méditerranéen. D’après cet ancien directeur de la rédaction du magazine tunisien « Réalités » et du journal « La Presse », cette position balise en effet le chemin pour le renforcement d’un partenariat stratégique entre les deux pays en l’élevant au niveau de véritable alliance. Dans le même ordre d’idées, Néjib Ouerghi s’est félicité de cette grande avancée que le Royaume vient d’accomplir dans le traitement de ce dossier et surtout de l’appui fort inconditionnel et renouvelé de la communauté internationale à ses droits légitimes et à la sagesse de sa démarche. L’intérêt porté par Sa Majesté le Roi Mohammed VI à la marocanité du Sahara n’occulte aucunement ses positions de principe de soutien à la cause palestinienne et au statut spécial d’Al Qods Acharif et de la mosquée Al Aqsa, a-t-il affirmé. Il a expliqué que cet intérêt ne peut également occulter son engagement résolu à jeter les fondements d’une solution juste et durable de ce conflit qui s’articule sur la solution de deux Etats vivant côte à côte dans la paix et la sécurité, et que les négociations entre les parties palestinienne et israélienne restent le seul moyen de parvenir à une solution définitive, durable et globale à ce conflit.

Ces positions ont été rappelées clairement jeudi lors

d’un entretien téléphonique entre sa Majesté le Roi et le président de l’autorité nationale palestinienne, Mahmoud Abbas, a-t-il indiqué. « Là également, la position du Royaume ne souffre ni d’ambiguïté, ni d’un quelconque flou : le Maroc place la question palestinienne au même rang de la question du Sahara marocain », a-t-il commenté, rappelant que le Souverain a fait valoir que la consécration de la marocanité du Sahara ne se fera jamais, ni aujourd’hui ni dans l’avenir, au détriment de la lutte du peuple palestinien pour ses droits légitimes.

Libé